ad468

6b79c21fcad04b4ccfc2cab9f324256b8dc10f95

L’AMMAIS organise la 4ème journée de l’auto-immunité

AMMS

L’association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS) organise le samedi 8 novembre à l’hôtel Royal Mansour de  Casablanca, sa 4ème journée sur le thème d’inflammation  et maladies auto-immunes et systémiques’ et  fête son 5ème anniversaire.

Rappelons que les maladies auto-immunes(MAI) sont un ensemble de maladies où le système immunitaire attaque les propres constituants de l’organisme. Dans ces maladies  auto-immunes (MAI),  le  système immunitaire  commet des erreurs et détruit  des tissus sains. Ce type de pathologies dont le nombre dépasse la centaine, constitue la 3ème cause de morbidité  après les cancers et les maladies cardiovasculaires, et touche  entre 7 à 10 % de marocains, dont plus de 80% sont des femmes  qui sont au cœur de l’auto-immunité.

L’inflammation constitue une composante ad integrum des conséquences des MAI. Néanmoins, le processus inflammatoire est protecteur, il constitue la première  ligne de défense de l’organisme contre les agressions  infectieuses,  traumatiques ou  tumorales. Ses signes cliniques  apparents  se traduisent  par une rougeur et un œdème du siège  de l’inflammation et  sur le plan biologique à des modifications significatives des concentrations sanguines des différentes protéines de l’inflammation(vitesse de sédimentation’VS’, C Réactive protéine’CRP’, et anomalie de l’électrophorèse des protéines ’EPP’).

Cette journée sera l’occasion d’examiner la  problématique de l’inflammation  au travers de deux pathologies dont le Maroc est  dans   la sphère étroite des pays qui en sont touchés : la maladie de Behçet et  les fièvres auto-inflammatoires.

La maladie de Behçet caractérisée notamment par une aphtose touchant la cavité buccale et les organes génitaux, a la particularité, quoique ubiquitaire, de sévir dans certaines régions du monde correspondant à l’ancienne route de la soie. La gravité de la maladie de Behçet réside dans  la possibilité d’une atteinte inflammatoire des yeux, du système nerveux ou des vaisseaux. La maladie de Behçet manque de l’absence d’un test biologique dit pathognomonique (dont la présence signe la maladie), son diagnostic repose sur des arguments  uniquement cliniques. Les aphtes  sont  retrouvés dans de multiples situations

Les fièvres auto-inflammatoires sont à l’origine de fièvres sans aucune infection sous jacente avec une périodicité intrigante et une régression  spontanée insidieuse. La maladie périodique en représente le chef de file. Des douleurs abdominales pseudo-chirurgicales, une fièvre rythmique et un risque de dépôt des produits de l’inflammation appelée amylose  en particulier dans les reins, en sont les principaux caractères. La maladie périodique repose actuellement sur un test génétique.

Au Maroc, ces deux pathologies méritent d’être mieux connues et reconnues, elles posent un réel problème de santé publique, en dépit de  leur relative rareté, la maladie de Behçet peur compromettre  la fonction visuelle par l’inflammation des yeux appelée  uvéite qu’elle peut engendrer.  La maladie périodique peut être  à l’origine outre d’une incompréhension de la part des proches et parfois du corps médical, mais aussi d’une invalidité liée à la souffrance que génère les crises.

 

Laisser un commentaire